Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine
Nouvelles Twitter

Accident d'Anthoine Hubert à Spa : Le décès d'un des plus prometteurs pilotes de Formule 2

Accident d'Anthoine Hubert à Spa : Le décès d'un des plus prometteurs pilotes de Formule 2

Samedi 31 août 2019 par Philippe Brasseur
Crédit photo: Joe Portlock / FIA F2

Crédit photo: Joe Portlock / FIA F2

Tel que mentionné dans notre précédente nouvelle, la triste annonce du décès du jeune pilote français de Formule 2 Anthoine Hubert a été confirmée par la Fédération Internationale de l'Automobile ce samedi 31 août, il y a un peu plus d’une heure.

Anthoine Hubert a trouvé la mort dans l’accident survenu au deuxième tour de la course disputée à Spa-Francorchamps (Belgique), aujourd’hui.

Après avoir perdu le contrôle de sa monoplace en haut du Raidillon en tentant d'éviter la monoplace de Giuliano Alesi en perdition, le pilote de l’écurie Arden BWT a heurté de plein fouet le mur de pneus, avant de rebondir au centre de la piste et être frappé par Juan-Manuel Correa. À bien des égards, cet accident, et sa violence extrême, rappelle celui d’Alex Zanardi au Lausitzring en 2001, lorsque l’Italien avait dû être amputé des deux jambes après avoir perdu le contrôle de sa monoplace d’Indycar et s’être retrouvé sur la trajectoire d’Alex Tagliani, qui ne pouvait l’éviter à plus de 300 km/h.

Ici toutefois, c’est au niveau de la tête qu’’Hubert a été frappé latéralement, sa monoplace de F2 étant coupée en deux sous la violence du choc. Anthoine Hubert avait 22 ans et était originaire de Lyon, en France.

Champion de France de Formule 4 en 2013, il avait ensuite gradué en Formule Renault 2.0 puis en Formule 3 européenne à compter de 2016. Quatrième du championnat de GP3 en 2017, pour sa saison recrue, il fit encore mieux l’an dernier en remportant le championnat avec l’écurie ART Grand Prix, en plus de devenir pilote junior de l’écurie Renault F1.

Recrue cette saison en Formule 2, il était au huitième rang du championnat. Il avait remporté deux épreuves, à Monaco en mai puis en France, fin juin sur le circuit du Castellet.

Anthoine Hubert faisait partie des plus prometteurs pilotes français en vue d’accéder un jour en Formule 1.

Cet accident vient hélas rappeler que, malgré les réglementations de plus en plus sévères, le simple fait de disputer des compétitions à haute vitesse demeurera toujours dangereux. Le risque zéro n'existera jamais.

À noter enfin qu'en signe de respect après le décès d'Anthoine Hubert, la seconde course de Formule 2 prévue ce week-end à Spa-Francorchamps a été annulée par les organisateurs. L'épreuve devait avoir lieu demain, dimanche 1er septembre à 11h15 locales, quelques heures avant le départ du Grand Prix de Belgique de Formule 1. Celui-ci est bien évidemment maintenu, bien que les pilotes de F1 et leurs équipes aient pour la plupart déjà réagi à l'accident d'Hubert par des messages de sympathies, ainsi que des voeux de prompt rétablissement envers Juan-Manuel Correa, gravement blessé aux jambes dans l'accident.

Parmi les équipes de F1, Renault était bien entendu la plus touchée et a indiqué : « Renault Sport Racing est dévasté à l’annonce de la disparition de l’un de ses plus brillants espoirs, Anthoine Hubert (...). Membre de la Renault Sport Academy, Anthoine disputait le Championnat FIA de Formule 2, l’ultime marche avant la F1. Champion GP3 Series en titre et pilote de l’Équipe de France FFSA, le Français était un immense talent qui apportait son enthousiasme à toute épreuve et son énergie à sa discipline, ses écuries ainsi qu’à la Renault Sport Academy. Son sourire et sa personnalité rayonnante étaient de véritables phares pour notre groupe de jeunes espoirs, avec qui il avait noué des liens étroits et durables.» Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing, a conclu : « Nos pensées vont aux amis et à la famille d’Anthoine en cette période tragique. Anthoine était un jeune homme brillant. Ses performances ainsi que son comportement sur la piste et en dehors en faisaient un vrai gentleman. C’était un plaisir et un honneur de l’avoir accueilli dans notre Academy. Il manquera terriblement à nos équipes d’Enstone et de Viry, mais son esprit continuera de nous accompagner et nous courrons en sa mémoire.»