Site officiel de Pole-Position Magazine - Le seul magazine québécois de sport automobile

www.Poleposition.ca

Site officiel de Pole-Position Magazine

Rétro 1977 : L’étonnante Schkee DB-1 Can-Am remporte la victoire à sa première course au Mont-Tremblant !

Rétro 1977 : L’étonnante Schkee DB-1 Can-Am remporte la victoire à sa première course au Mont-Tremblant !

Samedi 23 juillet 2022 par René Fagnan
Crédit photo: buy.motorius.com

Crédit photo: buy.motorius.com

La série Can-Am a effectué un retour en Amérique du Nord en 1977 avec des voitures de Formule 5000 carrossées. Il faut avouer que la Schkee a porté la robe la plus innovante de toutes !

Le retour de la série Can-Am est né dans l’esprit des dirigeants du SCCA qui voulaient rendre les bolides de F5000 un peu plus attrayants tout en limitant les coûts et en offrant de bonnes bourses grâce à la commandite de Citicorp.

Les participants pouvaient donc acheter une voiture de F5000, la couvrir d’une carrosserie qui était fournie par plusieurs fabricants, dont Lola, d’y greffer un bon gros moteur V8 de cinq litres, des larges pneus slicks et participer à des courses présentées sur quelques-uns des plus beaux circuits d’Amérique du Nord.

Un pilote américain, Doug Schulz, avait été impliqué dans la rédaction des règlements techniques de la nouvelle série Can-Am. Schulz voulait à tout prix que des équipes privées puisse lutter à armes égales contre les grosses équipes professionnelles.

Schulz avait commencé à courir en 1975 avec une Lola 342 de Formule Ford. Puis, il s’était acheté une Lola 294 B Sports Racer avant de se procurer une monoplace de F5000 en 1976. Intéressé par la série Can-Am, il a fabriqué une maquette à l’échelle 1/12e d’une Can-Am Coupé qu’il est allé montrer à des gens du SCCA et à des propriétaires de circuits. L’idée les séduit et le feu vert est donné pour qu’on assiste au retour des bolides de Can-Am. Schulz avait alors promis de fabriquer et faire courir deux voitures en 1977.

Schulz utilise comme base de son projet un châssis de Lola T332C. Il s’associe à Bob McKee, un fabricant de voitures de compétition bien connu et très expérimenté. L’équipe de McKee Engineering modifie le châssis Lola et y greffe un imposant arceau de sécurité qui est boulonné au châssis afin de le rendre plus rigide et améliorer la sécurité. La carrosserie, fabriquée par John Bucik, est enveloppante, couvrant même le cockpit et incorporant un pare-brise. Les moteurs Chevrolet de 305 pouces/cubes sont préparés par Chaparral au Texas.

Le nom Schkee provient des deux noms des concepteurs : les trois premières lettres de Schulz, et les trois dernières de McKee. Le nom de la voiture se prononce donc sh-a-ki en anglais. Une fois la Schkee DB-1 presque terminée, l’équipe travaille à produire la DB-2, comme promis.

Une première victoire au Québec

Une fois les deux bolides en état de marche, Schulz et Tom Klausler, un ancien pilote de Formule Atlantique, effectuent les premiers essais des voitures avant d’en transporter qu’une seule, la DB-1, au Québec pour y disputer une première course.

La saison 1977 de la série Can-Am débute au circuit du Mont-Tremblant les 10, 11 et 12 juin 1977. Les amateurs (et les autres compétiteurs) sont stupéfaits quand la Schkee est extraite du camion de l’équipe. On dirait une sorte de Batmobile avec son carénage arrière, son aileron arrière intégré, son cockpit de type Targa, sa large surface vitrée et sa couleur orange fluorescente. Décidément, elle est résolument différente des autres nouvelles voitures de série Can-Am vues dans le paddock!

Tom Klausler réalise la pole position en un temps de 1’38”273 devant Chris Amon aux commandes de la Wolf-Dallara. Le départ de la course est donné sous une pluie fine. La Schkee, chaussée de pneus pluie, est à l’aise sur la piste glissante et Klausler termine son premier tour de piste avec une avance de neuf secondes sur ses rivaux.

Au quatrième tour, Klausler se fait surprendre, effectue un tête-à-queue et cale le moteur Chevrolet. Il parvient à vite le démarrer et reprend la course, toujours en première place. Aux environs du mi-parcours, la pluie cesse et la piste s’asséche rapidement. Klausler rentre aux puits pour faire installer des pneus lisses. La carrosserie arrière étant fermée, les mécanos doivent la retirer pour effectuer le changement de pneus. Klausler estime avoir perdu quatre minutes dans cet arrêt ! 

Klausler revient en piste et roule quatre secondes au tour plus rapidement que le meneur, John Gunn. Ce dernier tape contre une bordure et le choc casse une roue de sa Lola T332, causant son abandon. Klausler reprend ainsi la tête de la course et croise l’arrivée en première place. Il est le seul à avoir parcouru les 52 tours de l’épreuve, car John Gunn termine en seconde place avec un tour de retard tandis que le Torontois Horst Kroll se classe troisième à bord de sa Lola T300.

Par la suite, la Schkee a progressivement perdu de sa vitesse, ou fut plutôt rattrapée par les Lola, en grand nombre. Le Français Patrick Tambay, au volant de la Lola de l’écurie de Carl Haas, se montra intraitable, remportant six victoires et le titre en 1977.

Schulz et Klausler admettent qu’avoir eu un peu plus d’argent aurait été souhaitable, et avouent avoir commis quelques erreurs coûteuse. Les DB-1 et 3 (la BD-2 n’a jamais couru) ont participé aux course Can-Am entre 1977 et 1984 pilotées par Tom Klausler, Tom Spalding Rich DeJarld, Doug Schulz et Patrick Gaillard. La victoire acquise au Mont-Tremblant reste la seule de ce bolide peu conventionnel.